Eviter de se blesser pendant un trail

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Marcher 100 km n’est pas commun. Cela représente un défi exceptionnel ! Vous pouvez être fier·e·s de l’aventure dans laquelle vous vous êtes lancé·e·s.  C’est un défi qui demande de la préparation.  En effet, notre corps n’est pas habitué à marcher de telles distances. Alors parfois, de petites blessures peuvent survenir.  

Dans cet article, découvrez nos meilleurs conseils pour arriver au bout du parcours dans les meilleures conditions. 

Préparer son corps avant de marcher un trail

Marcher le Trailwalker Oxfam est accessible à tout le monde ! En revanche, il est important de bien s’entraîner et se préparer en amont. Marchez autant que possible, courez si vous préférez, seul·e, à plusieurs, en équipe. L’important est d’habituer son corps à bouger, d’apprendre à mieux le connaître, de pouvoir reconnaître les signes de fatigue et de savoir y répondre. 

Après avoir lu notre Guide d’entraînement, vous savez que la préparation à un trail s’organise en quatre parties, à savoir : 

    • La reprise : pour les moins sportif·ve·s, pour celles et ceux qui n’ont pas fait de sport depuis quelque temps, vous avez déjà réveillé votre corps en douceur. Vous êtes lancé·e·s dans une dynamique sportive.
    • L’endurance : vous avez ensuite probablement augmenté l’intensité de vos entraînements au fur et à mesure. Cette étape fut aussi l’occasion pour vous de tester votre matériel, de découvrir la réaction de votre corps face à l’effort, de vous familiariser avec la marche.
    • La résistance : avec l’habitude et l’entraînement, vous avez réussi à pousser votre corps dans ses retranchements, afin de voir jusqu’où il peut aller, sans jamais vous blesser et en respectant les signes qu’il vous envoie, bien évidemment !

Et la 4ème, tout aussi importante : 

    • Le repos : avant l’événement, prenez le temps de bien vous reposer, de manger sainement. Ne faites pas de sport intensif les jours avant, gardez une attitude active mais sans vous fatiguer pour autant. Il ne s’agirait pas de vous blesser à quelques jours du départ ! 

Juste avant le Trailwalker Oxfam, adaptez votre alimentation sans pour autant bouleverser vos habitudes. Privilégiez les féculents et diminuez les crudités, les fruits frais, la viande pour avoir un estomac en forme le jour J. Buvez beaucoup d’eau et évitez les boissons alcoolisées.

Prendre soin de soi pendant un trail 

Tout au long du trail, vous serez concentré·e·s sur les 100 km, sur le parcours qui vous attend, sur votre pause au prochain Point de Contrôle. 

Mais gardez également ces quelques conseils en tête, écoutez et prenez soin de votre corps pour qu’il vous suive sur toute la durée. Gardez les habitudes prises lors des entraînements, n’innovez pas le jour-J, il n’est pas recommandé de tester de nouvelles choses et de tout chambouler.

Conseils alimentaires

Nutrition : Pour ne pas s’épuiser,  il est important de se ravitailler  régulièrement et de manger un peu à chaque pause même si vous n’en ressentez pas le besoin. Consommez des sucres lents (fruits secs, pain d’épice, etc.) et des aliments salés (crackers, fromage, fruits oléagineux, etc.). Évitez autant que possible des aliments gras à la digestion plus longue.

Lors d’activités physiques, les glucides (fruits, barres de céréale, etc.) sont également la première source énergétique. Prévoyez d’en manger de temps en temps. Ces repas seront distribués aux marcheur-se-s aux Points de Contrôle.

Hydratation : Buvez, buvez, buvez. La bonne gestion de votre hydratation est un facteur majeur pour arriver au bout des 100 km. Votre estomac peut absorber entre 750 mL et 1L de boisson en 1h. Cela ne sert à rien de boire davantage. Nous vous conseillons plutôt de boire de petites gorgées régulièrement, sans attendre de ressentir la soif. 

Vous pouvez également consommer des boissons énergétiques (à ne pas confondre avec les boissons énergisantes). Sachez que si l’eau vous hydrate, les boissons énergétiques contiennent également des glucides, des sels minéraux et des vitamines. Cela vous permet un apport supplémentaire.

Faites-vous plaisir en prenant un peu de soda de temps en temps, une consommation raisonnable permet un apport en sucre bénéfique.

Encore une fois, il est conseillé de suivre les habitudes que vous avez prises durant votre entraînement.

Photo by Julia Koblitz on Unsplash

Eviter les ampoules pendant un trail

L’équipement compte énormément dans le déroulé de la course. Et les pieds demandent une attention toute particulière. Les ampoules sont la première cause d’abandon. Il faut donc porter une attention toute particulière à la préparation des pieds et en prendre soin en amont. 

Faites le maximum pour bien préparer vos pieds en amont. La prévention est la clé ! 

    • Coupez-vous les ongles 2 semaines avant l’événement. Cela permettra à la peau nouvellement mise à nue de se durcir.
    • Si vous avez des pieds secs, hydratez-les quotidiennement avec une crème de type “Nok”.
    • Pour rendre la peau plus résistante, plus souple, et ainsi moins sujette aux ampoules, vous pouvez également masser vos pieds avec du jus de citron.  
    • Marchez avec des chaussures dans lesquelles vous êtes confortables et dont vous avez l’habitude. 
    • Prévoyez également un kit spécial ampoule dans votre trousse de premiers secours : 
      • coussinets ou pansements pour ampoules
      • gazes stériles emballées individuellement
      • petits ciseaux pour couper les pansements
      • ruban adhésif médical

Voici quelques conseils utiles pour le jour-J : 

    • Prévoyez de bonnes chaussettes de randonnée. Elles sont généralement plus respirantes et légèrement rembourrées au niveau des zones de frottement. Positionnez-les bien sur votre pied et évitez les plis. Prenez également plusieurs paires de rechange pour en changer régulièrement.
    • En fonction de vos pieds, s’ils sont secs ou humides, vous pouvez appliquer de la vaseline ou du talc afin de les soulager. C’est particulièrement agréable sur les zones de frottement.
    • Changez de chaussures. Sur les Points de Contrôle, laissez vos pieds s’aérer et portez des tongs ou autres chaussures légères. Vous pouvez également avoir des chaussures de rechange afin d’alterner les zones de frottement et au cas où vos pieds seraient mouillés. 

[/vc_column_text][vc_column_text css=”.vc_custom_1623946244266{border-top-width: 5px !important;border-right-width: 5px !important;border-bottom-width: 5px !important;border-left-width: 5px !important;padding-top: 5px !important;padding-right: 5px !important;padding-bottom: 5px !important;padding-left: 5px !important;border-left-color: #04662a !important;border-left-style: solid !important;border-right-color: #04662a !important;border-right-style: solid !important;border-top-color: #04662a !important;border-top-style: solid !important;border-bottom-color: #04662a !important;border-bottom-style: solid !important;}”]

Le traitement des ampoules

Si la peau est bien présente sur la plaie, ne la retirez pas, elle servira de couche protectrice naturelle. En revanche, si elle est arrachée sur la majeure partie, retirez la partie restante afin de ne pas aggraver la blessure.

    1. Nettoyez votre ampoule avec de l’alcool dénaturé et laissez-la sécher naturellement
    2. Appliquez une crème antiseptique
    3. Couvrez l’ampoule avec de la gaze stérile ou un pansement
    4. Capitonnez-la zone avec un rembourrage protecteur

[/vc_column_text][vc_column_text]

Limiter les irritations

Lorsque vous transpirez, cela laisse des résidus sur votre peau qui se transforment en cristaux de sels, et peuvent irriter des zones déjà sensibles.

N’hésitez pas à porter des affaires moulantes : les leggings de sport ou shorts cyclistes sont faits pour que vos cuisses ne se collent pas et ainsi éviter un frottement douloureux.

Nous vous recommandons également de porter des t-shirts adaptés (légers, qui sèchent vite, etc.) pour limiter les irritations. Les femmes, pensez à la brassière de sport, idéale pour la marche longue. Enfin, vous pouvez également toutes et tous bander vos tétons. Les frottements à ces endroits-là sont très douloureux. 

Si malgré tout une zone commence à vous irriter, n’hésitez pas à appliquer de la vaseline généreusement, afin de réduire la friction. 

Avec tous ces conseils, nous espérons que vous limiterez les petits bobos le jour-J et que vous profiterez pleinement de ces 100 km !

Pour bien vous préparer, n’hésitez pas à consulter également notre Guide d’entraînement et notre article sur le matériel à prévoir[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]